Une robe florale à couper le souffle réalisée par Stefan Van Berlo

Si vous pensiez qu’il était impossible de faire mieux que l’arche florale céleste de Stefan Van Berlo, vous risquez d’être déçu. Regardez cette robe florale à couper le souffle que porte Nora Gharib et jugez par vous-même ! 

La chanteuse et actrice Nora Gharib est très célèbre en Flandre« C’est à la demande de Nora qu’a eu lieu la séance photo, qui était liée à une campagne pour la fête des Mères », explique le designer floral anversois Stefan Van Berlo. « Nora habite à quelques rues de chez moi, mais nous ne nous connaissions pas personnellement. Elle avait lu un article me concernant et cela lui a donné l’envie de prendre contact avec moi pour que nous travaillions ensemble. Nora adore les fleurs ». 

Advertising
 

Une madone noire 

La classe se dégage de la robe, mais aussi de la séance photo qui oblige les gens à regarder la scène avec une ouverture d’esprit. « L’idée était de faire de Nora le symbole des mères, la vierge Marie. C’est pour cette raison que notre choix du site s’est porté sur la Paterskerk à Tirlemont ». 

Nora Gharib en vierge Marie est un véritable symbole à l’époque du mouvement « Black Lives Matter » — Stefan Van Berlo, designer floral 

Advertising
 

Une Marie de couleur et d’une confession différente dans un milieu catholique : dans le passé, ce cliché aurait pu être offensant et susciter la controverse, mais les temps ont changé, même si la scène continue de toucher une corde sensible. M. Van Berlo, qui n’évite jamais la controverse, est conscient du signal fort qu’il envoie en ces temps politiquement chargés, marqués par la polarisation sur le meurtre de George Floyd et l’agitation intense qui en a suivi.

Message BLM 

« Je voulais faire passer un message. Je pense que les fleurs peuvent être porteuses d’un engagement et transcender toute conviction religieuse. Alors oui, je pense que ce projet tombe à point nommé à l’époque du mouvement “Black Lives Matter” ». Parallèlement, Stefan Van Berlo voulait souligner que, quelle que soit leur couleur de peau ou leur religion, toutes les mères méritent d’être mises à l’honneur. « Les musulmans ont aussi une madone », souligne Stefan, « mais elle porte un autre nom ». 

Advertising
 

Détail sympathique : le rôle de l’Enfant Jésus est joué par Chams, la fille de Nora Gharib. 

Les fleurs s’ouvrent 

La robe florale est un véritable chef-d’œuvre. L’actuel double champion belge d’art floral a utilisé 750 fleurs de lisianthus fournis par Van der Lught. Il les a d’abord triées par taille, du bouton jusqu’à la fleur ouverte, puis il les a collées, une par une, avec de la colle à froid Oasis. Pas moins de 13 heures plus tard, la robe était prête… 

Un des favoris pour le titre européen

Stefan Van Berlo, qui représentera la Belgique aux championnats européens d’art floral, en Pologne, l’année prochaine, ne fait qu’accentuer sa réputation de favori. Ces dernières semaines, il s’est déjà fait remarquer avec la présentation d’une œuvre florale lors de la foire commerciale d’Anvers et, comme indiqué dans un précédent reportage, avec ses créations nuptiales présentées à la télévision. 

« Sur la scène internationale, je ne pense pas qu’en Belgique, mes récentes apparitions à la télévision, à la radio, etc. aient un grand impact sur ma position de favori au CE », a-t-il relativisé. « Pour être honnête, il y a déjà beaucoup de favoris pour le Championnat d’Europe dans d’autres pays. Cette compétition aura un niveau élevé. Je ne vous apprends rien. Mais si je pouvais rendre l’art floral aussi populaire que la cuisine, je serais la personne la plus heureuse au monde. » 

Si je pouvais rendre l’art floral aussi populaire que la cuisine, je serais la personne la plus heureuse au monde. » — Stefan Van Berlo, designer floral

Mais la reconnaissance, dans la vie réelle comme sur les médias sociaux, fait beaucoup de bien. 

« Cela confère de la notoriété sur le sol belge et finalement aussi en dehors du secteur floral », indique Stefan Van Berlo. « En réalité, c’est assez agréable, pas seulement pour moi, mais aussi pour tout notre secteur qui est toujours un peu confiné. L’homme de la rue voit les fleurs comme un joli sous-produit, mais personne ne sait ce qui se passe à l’intérieur. Si je pouvais contribuer à produire le même effet avec les fleurs que ce qui se fait avec la cuisine, je serais la personne la plus heureuse au monde. Je serais plus heureux encore qu’en remportant le championnat d’Europe. Quoi qu’il en soit, j’aimerais me positionner correctement, car après la crise sanitaire, j’aimerais reprendre ma carrière internationale, à laquelle je travaille depuis des années 

Photos : © Natan Bylois Photography

Maquilleuse : Lima Kas

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *