Une année déchirante, mais une nouvelle boutique : le fleuriste Arnauld Delheille contre-attaque !

Nombreux sont ceux et celles qui s’efforcent d’oublier l’année 2020. Le fleuriste Arnauld Delheille en fait partie, car non seulement il a payé un lourd tribut à la pandémie, mais en outre il a traversé une période très sombre sur le plan familial et sur le plan privé. La sœur cadette d’Arnauld a perdu la vie dans un accident de la route. Quel fardeau un homme est-il capable de supporter ? Arnauld a décidé de prendre une année de congé et de faire autre chose. Un an plus tard exactement, il est de retour, plus fort et plus enthousiaste que jamais.

Ce qui ne tue pas rend plus fort ! Il y a trois ans, le fleuriste Arnauld Delheille a ouvert une boutique éphémère à Bois-de-Villers dans la province de Namur, en attendant qu’un nouveau magasin soit construit à côté de sa maison. Ça, c’était le projet de base. Mais l’année dernière, tout son monde a basculé. Il s’est retiré des affaires. Une histoire de courage, de résilience et de fleurs, bien sûr !

Advertising
 

« L’année dernière, en février, j’ai tout arrêté. J’avais perdu ma sœur. Son rêve était que j’ouvre ma propre boutique. Je lui avais promis. Exactement un an plus tard, en février 2021, j’ai fait mon come-back. Les temps sont durs, mais j’ai confiance. La vie continue. Ma sœur est toujours là avec moi », dit Arnauld en regardant sa photo exposée.  

« Je ne regrette rien »  

« Les gens qui me connaissent bien le savent : quand j’ai une idée, je fonce et tout doit aller très vite. Quand j’ai ouvert ce magasin, j’ai jeté par-dessus bord toutes les règles et tous les codes d’un magasin de fleurs classique. Il fallait que ce soit un magasin qui me convienne à la perfection. Je me suis entouré ici des mêmes couleurs que chez moi. Je puise mon inspiration des objets que j’aime, comme cette peinture de Kevin Douillez. C’est un artiste renommé de Bruxelles et c’est aussi un ami. Ses œuvres sont vendues jusqu’à Singapour et New York. Les tons orange et gris de l’intérieur du magasin sont inspirés de cette peinture. La phrase “Je ne regrette rien”, que l’on peut lire sur la toile, me touche et correspond parfaitement à ce que je ressens en ce moment. J’ai aussi apporté des objets dont je m’entoure chez moi, comme une horloge design qui indique l’heure en texte et une lampe de table transparente de Kartell. J’ai ainsi le sentiment d’être chez moi que je suis dans mon magasin. Quand vous venez ici, c’est comme si vous veniez chez moi. »  

Advertising
 

Week-end d’inauguration  

Le magasin a été inauguré sous un soleil de printemps. Pendant trois jours, du vendredi 19 au dimanche 21 février, les gens ont fait la queue pour revoir leur fleuriste au travail. « Heureusement que nous avions prévu trois jours, car les gens faisaient la queue en attendant leur tour. À cause des règles sanitaires, seules trois personnes sont autorisées à se trouver en même temps dans le magasin. Tout le monde est heureux que je sois revenu. Sur l’un des murs, j’ai collé les Post-its mentionnant les vœux et les mots d’encouragement de mes clients. Cela m’a touché de savoir à quel point je leur ai manqué et je suis heureux de constater que certains sont venus de très loin pour l’inauguration. Ils m’ont manqué aussi. Et les fleurs aussi bien sûr ! Cela prouve, une fois de plus, que je suis fait pour ce métier ».   

Bain de couleurs  

Dans ce magasin, l’atmosphère est totalement différente de celle du magasin éphémère. C’est ce qu’il voulait. Le bâtiment est un peu en contrebas. Quelques marches vous mènent à une terrasse accueillante agrémentée d’une table en bois, de joyeuses plantes printanières et d’un ravier de mandarines. L’ambiance est tout de suite au rendez-vous. Plus tard, des parasols seront ajoutés, ce qui créera encore plus d’ambiance. Une table spéciale en bois de racine attire immédiatement l’attention en entrant.  

Advertising
 

« J’ai eu un coup de foudre pour la table », explique Arnauld. « À l’intérieur, j’ai intégré plusieurs éléments en bois comme la table en bois de racine et le comptoir en bois qui donnent un aspect chaleureux et contrastent avec le carrelage gris. Dans la boutique éphémère, je travaillais avec une palette de couleurs neutres et naturelles et principalement avec des fleurs blanches. Le magasin était beau, mais à long terme, il aurait fallu autre chose. Nous venons d’une période sombre et grise. Tout le monde a besoin de couleur, je le sens. Les gens veulent laisser l’incertitude et l’hiver derrière eux. Pour l’inauguration, nous avons choisi un thème de printemps avec des mandarines et de nombreux tons orangés. Notre intention est de suivre les saisons et de surprendre à chaque fois ». C’est tellement agréable, quand on entre dans le magasin, de plonger dans un bain de couleurs.   

 Automatisation  

Que vous a appris la boutique éphémère ?  

« J’ai appris que j’avais besoin de plus d’espace. Ici, nous avons un espace d’atelier supplémentaire. Le magasin en soi a pratiquement la même taille. C’est plus que suffisant. Le parking est beaucoup plus grand et lorsqu’il sera terminé, il aura environ deux fois la superficie du parking précédent. C’est un avantage certain. Entre-temps, nous avons entièrement automatisé l’activité. Les clients sont enregistrés via un iPad. Après chaque visite ou achat, le client reçoit automatiquement un SMS pour le remercier. Ce programme permet de l’informer des offres spéciales, de lui offrir des réductions sur ses prochains achats et de le surprendre avec un cadeau à son anniversaire. Le client est maintenant vraiment suivi ».  

« À l’époque de la boutique éphémère, nous organisions un week-end portes ouvertes à l’occasion d’un jour de fête. Cette formule a connu beaucoup de succès et nous allons la maintenir. Le week-end précédent, nous allons montrer ce que nous faisons, ce que nous allons présenter et quels sont les coups de cœur pour le jour de fête concerné. Les clients ne sont pas tenus d’acheter tout de suite pendant ces week-ends portes ouvertes, mais ils ont ainsi la possibilité de précommander. Et nous, cela nous permet d’anticiper et de nous organiser correctement. Cela nous donne plus d’espace pour respirer. Aujourd’hui, la vitesse de réaction est décisive, sans parler de la qualité du service. Pour le client, un bon service ne se limite pas à emballer les fleurs, à les payer et à partir. Cela nous donne, par ailleurs, aussi la possibilité de nous assurer que tout se passe bien lorsque les gens sont pressés ».  

Projets  

Arnauld avait l’habitude de faire beaucoup de projets à l’étranger. Cela ne lui manque pas ? 

« Ces projets sont actuellement tous en attente à cause du coronavirus. Mais nous continuons à entretenir nos contacts. Mon premier ouvrage, L’atelier d’Arnauld Delheille (à vendre ici), a connu un grand succès. Il a été réimprimé trois fois déjà. Nous préparons actuellement un deuxième livre qui paraîtra en septembre, si tout se passe comme prévu. Ce deuxième livre sera le lien avec la boutique actuelle et travaillera davantage sur les couleurs et les fruits. C’est fou le succès qu’a connu le livre ! »  

La boutique est comme un cadeau d’anniversaire »  

« Dans ma boutique précédente, j’étais associé à ma belle-famille. Pour tout et pour n’importe quoi, je leur ai demandé leur aide, par exemple pour la comptabilité ou le marketing. Ma sœur et mes parents voulaient que je prenne mon envol et que j’aille de l’avant. La vie continue. Je me sentais prêt pour cela. Maintenant, je suis complètement autonome. C’est moi qui décide tout seul, de A à Z. Avec mon nouveau partenaire, j’ai ouvert cette boutique en y imposant mes nouvelles idées et mes choix. Je suis fleuriste depuis que j’ai quitté l’école. Cela fait déjà 10 ans. Entre-temps, j’ai soufflé mes 31 bougies et je suis entré dans une nouvelle phase de ma vie. La boutique ici est un peu comme un cadeau d’anniversaire. Vous savez quoi ? Depuis l’inauguration, mon compte Facebook a décollé. Ça fait du bien. Je suis de retour. Je ne regrette rien ! » 

■ Suivez Arnauld sur Facebook
Visitez son site web


QUI EST-IL ? 

NomArnauld Delheille  

MagasinRue Léon François 64, 5170 Bois-de-Villers, Belgique 

Âge31 ans  

Caractéristiquesrêveur, énergique, travailleur  

Fleur préférée : aucune, chaque saison a sa fleur, mais il a une préférence pour les fleurs classiques


Texte: Ingrid Allaerts

Photos: Joris Luyten

One thought on “Une année déchirante, mais une nouvelle boutique : le fleuriste Arnauld Delheille contre-attaque !

  • Comme toujours cher Arnauld, ta boutique te ressemble et elle donne une bouffée d’énergie et de fraîcheur. Bel article et je suis heureux de l’étoile qui veille sur toi désormais. Fier de te connaître aussi et de venir (trop peu souvent) chercher de temps en temps quelques jolies fleurs. Le détour depuis Liège vers Bois de Villers est un plaisir pour s’offrir de jolies choses.
    Bien vite te revoir, bises à vous deux !
    Christian SCHAUS

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *