Un village dans la ville

De Plantage à Anvers a soufflé ses 21 bougies cette année et Alexander Scheele a toujours autant de plaisir à travailler dans son magasin de fleurs au cœur d’Anvers, à quelques mètres à pied de la Grand-Place. Le magasin est aussi naturel que ses bouquets.La façade de l’immeuble date du début du siècle dernier et se distingue par ses petits carreaux colorés au-dessus de la vitrine. Alexander a toutefois complètement rénové le bâtiment. Il a tenté de maintenir au maximum les éléments d’origine. Un petit jardin de ville s’est libéré par la suite, lorsqu’il a démoli des annexes typiques à l’arrière de la propriété. Auparavant, tout était bâti jusqu’à l’arrière et l’endroit servait de lieu de stockage pour la supérette de l’époque. Le jardin est une oasis de tranquillité et de verdure. Deux poules noires picorent entre les graviers et la végétation. Le jardin est également idéal pour y exposer les sapins de Noël en hiver. Un lierre et une vigne vierge envahissent les murs. La maison est également équipée d’une cave historique datant de 1600, qui est restée bien conservée. Ici, Alexander organise régulièrement des ateliers, tandis qu’un éclairage à la bougie crée une certaine ambiance féerique.

Magasin de quartier
Lorsqu’il était tout jeune, Alexander savait déjà qu’il allait être indépendant dans un magasin de fleurs. C’était une évidence. « J’ai commencé tout simplement et j’ai accroché », explique Alexander. « Depuis, cela fait 21 ans que j’habite et que je travaille dans le même immeuble. Cela m’a permis d’acquérir une clientèle fidèle. C’est un magasin de quartier reconnaissable qui ne vise pas une clientèle huppée. J’estime qu’il est important de maintenir cette particularité et de ne pas céder aux tendances de mode. Voilà pourquoi vous ne verrez pas chez moi de mur peint en noir. J’exerce mon métier avec amour. La qualité et le service sont pour moi des éléments très importants. Je travaille seul et je fais moi-même les achats pour le magasin. Cela me permet de réagir à la demande du client. Comme je suis seul, je peux me permettre d’offrir un bon prix et mes bouquets sont tout à fait accessibles. Le contact avec mes clients est un défi journalier pour être créatif », raconte Alexander.

Advertising
 

Bouquets champêtres
Les fleurs coupées sont exposées sur une sorte de podium en palettes de bois, formant un éventail de couleurs dans une déclinaison de boutons. Des miroirs antiques donnent de la profondeur à l’espace et plongent le client dans un océan de fleurs. Les tables en bois donnent à l’espace de petits airs de living. Dans de grands pots en verre, des plantes aquatiques flottent, tandis qu’un lustre se balance au-dessus du comptoir. Alexander aime les fleurs de saison telles que les dahlias et les pivoines. La saison des pivoines vient tout juste de passer, mais si on lui demande de citer une fleur préférée, il retombe inévitablement dans une variété de pivoine, plus précisément la pivoine rose. « Je réagis ici à la demande du client. Avant, on me demandait énormément de bouquets tout blancs ou de bouquets unicolores. Mais ça, c’est du passé. Aujourd’hui, la demande porte plus sur des bouquets multicolores et des bouquets champêtres. Personnellement, je les aime beaucoup aussi. Le style du fleuriste bruxellois Thierry Boutemy me parle énormément. Je travaille de façon très naturelle ».

Lisez l’article complet dans l’édition de septembre de Fleur Magazine !

Advertising
 

 

 

Advertising
 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *