Un mélange de plantes, de décoration et de denrées à déguster

Thomas et Jane sont tous deux décorateurs d’intérieur. Ajoutez-y la passion particulière de Jane pour les plantes et un bâtiment datant de 1830, juste au coin de la rue où ils vivaient à Bruges, et vous avez tous les ingrédients de la formule à succès de Basiel Urban Greenhouse. Ils avaient repéré le bâtiment depuis un certain temps et quand il s’est enfin libéré, ils n’ont pas hésité un seul instant pour lancer leur bar à café et à plantes.

Advertising
 

Le centre historique de Bruges, qui est normalement très fréquenté, est temporairement mort et désert. Ni horde de touristes ni chevaux martelant les pavés de Bruges. Les calèches sont en quelque sorte le baromètre qui permet de mesure le degré d’animation de la ville. Quelle surprise lorsque nous entrons dans la maison de rue coincée entre les boutiques de souvenirs ! Une véritable oasis de verdure dans la ville !

UNE EXPÉRIENCE À VIVRE

Advertising
 

Naguère, la charmante petite maison brugeoise se reconnaissait à ses fenêtres peintes en bleu et au beau dessin ornant la façade qui représentait un arbre garni d’un nid d’oiseau et d’oiseaux. « La maison était délabrée, tout était fissuré et déformé. À l’époque, elle abritait un magasin dans lequel je suis un jour entré. Elle m’a immédiatement attiré par son emplacement, sa taille et son espace extérieur dissimulé. Et je me suis dit : si jamais elle est mise en vente, nous allons commencer quelque chose ici », explique Thomas. 

Deux ou trois années plus tard, le rêve du couple est devenu réalité le jour où ils ont soudainement vu un panneau « À vendre », apposé sur la façade. Lorsqu’un tel bien se libère, il n’y a pas de place pour la tergiversation. Il faut agir sans attendre. En deux jours, tout était réglé et un plan d’affaires était sur la table. « Pourquoi ne pas créer un magasin de plantes ? », a suggéré Jane. « Là où nous vivions à l’époque, la maison était remplie de plantes, en haut comme en bas. Les plantes rendent heureux. Ce sont de véritables créatrices d’atmosphère qui font entrer la vie dans la maison. En tant que décorateurs d’intérieur, nous voulions permettre aux clients de vivre une expérience, de venir s’inspirer et de vibrer dans une bonne ambiance. Nous voulons que la végétation s’invite dans les maisons de nos clients ; une ambition qui n’a fait que se renforcer depuis la pandémie. Afin de ne pas mettre tous les œufs dans le même panier, nous avons décidé de servir également du café. Basiel Urban Greenhouse est ainsi devenue un mélange de tout ce que nous aimons et faisons, à savoir un mélange de plantes, d’articles de décoration intérieure et de denrées à déguster. Sa situation au cœur touristique de Bruges nous permet de profiter du dynamisme que les touristes insufflent à la ville ».

Advertising
 

DU HAUT VERS LE BAS

Quand on rénove un bâtiment de 1830, il faut s’attendre à des surprises. Lors du décapage, de nouvelles couches de peinture et des trous inattendus sont inlassablement apparus. Le grenier a été démoli pour créer un sentiment d’ouverture. Les poutres d’origine ont été renforcées ou traitées et le plâtre a été rénové. En outre, l’ancien plancher a été enlevé et récupéré à l’étage. Pour tout le monde, la restauration du parquet d’origine était de la folie. C’est vrai qu’il a fallu beaucoup d’énergie, mais le résultat est magnifique. La cage d’escalier, qui abritait auparavant un escalier en bois en colimaçon menant à l’étage, a été préservée et forme désormais une niche où le bel éclairage en porcelaine attire le regard. Dans la maison de rue compacte, Thomas et Jane ont réussi à créer la plus grande sensation d’espace possible. Le mur de briques au niveau du vide accentue la verticalité du bâtiment. 

VUE SUR LA CATHÉDRALE

L’intérieur est très neutre, aménagé avec des couleurs terreuses dans les tons blancs, noirs et verts. Les plantes d’intérieur forment une peinture sur la toile blanche et les nuances vertes, comme le canapé rembourré de velours vert, respirent la tranquillité. Basiel, le bouledogue français et la mascotte du couple, a également été une source d’inspiration pour la décoration intérieure.

À l’étage, la vue est dégagée jusqu’au faîte du toit. Les lucarnes stratégiquement placées donnent aux visiteurs une perspective unique sur la tour de la cathédrale. À l’avant du bâtiment, une fenêtre donne sur l’agréable rue commerçante et à l’arrière, une grande baie vitrée dans le style fenêtre d’église s’ouvre sur la Guido Gezelleplein et son abondante végétation. Chaque plante a fait l’objet d’une intense réflexion pour déterminer le meilleur endroit où la placer ou l’accrocher, en tenant compte de ses besoins. 

Une plante adoptée a pris place dans une niche à côté de l’escalier et s’épanouit dans sa nouvelle demeure comme jamais auparavant. Elle reçoit la compagnie de quelques grands spécimens ancrés en toute sécurité en équilibre sur les poutres des fermes du toit, tandis que d’autres plantes, attachées à un câble d’acier contre les murs de briques, sont suspendues, comme la lobelia, très populaire en ce moment, et le ceropegia ou chaîne de cœurs aux feuilles en forme de cœur. 

« Ces suspensions sont faciles à entretenir et sont très populaires en ce moment. Nous choisissons des plantes qui s’intègrent parfaitement dans l’espace ouvert afin d’améliorer l’expérience. Nous constatons que les plantes à fleurs sont moins adaptées à notre concept. Nous choisissons quatre nuances de couleurs : le blanc, le noir, le vert et le terre/bois. Des fleurs colorées attireraient trop l’attention et seraient contraires à l’ambiance que nous souhaitons créer ».

ACCROCHE-REGARDS

Dans le cadre verdoyant et chaleureux de Basiel Urban Greehouse, vous pouvez déguster du café et des petits gâteaux, mais vous pouvez aussi demander des conseils sur l’achat et l’entretien des plantes ou des articles d’intérieur durables. Vous pouvez y trouver des idées, des adresses et des conseils sur les endroits où trouver certaines choses. De nombreuses questions sont souvent posées concernant l’escalier en métal blanc, le poêle à bois dans le petit salon à l’étage ou encore le rembourrage du canapé. 

Toutes les tables ont la même forme que le logo conçu par le couple : un carré aux coins arrondis. Les tables de la terrasse du fond ont été dotées d’un plateau en terrazzo réalisé par le designer gantois Lieven Goetinck. Au rez-de-chaussée de la boutique se trouve une table illustrant le flux et le reflux sur laquelle les plantes sont exposées.

Sur l’étagère apposée contre le mur, nous voyons une belle collection de pots en glaçure, en craquelé et en céramique déclinés dans des teintes agréables. Les corbeilles en liège garnies d’un passepoil en tissu, les paniers en osier et les pots en béton étanches sont également très beaux. En plus des plantes et des pots, la gamme est complétée par des articles d’intérieur durables comme de la vaisselle fabriquée à partir de matériaux recyclés ou des produits d’entretien en bambou. Ces derniers font également partie du dénominateur global « greenhouse » dont Basiel se fait le gardien.

ORIGINAL

Jane est une passionnée de plantes et a aussi les doigts verts. Elle suit les différentes communautés sur les médias sociaux et sait mieux que quiconque comment prévoir les tendances en matière de plantes. Les calatheas, par exemple, avec leur dessin rose et craie, sont très à la mode. Il est intéressant de regarder les plantes d’une manière différente. En combinant leur design, leur couleur et leur dessin de feuille, vous pouvez arriver à une composition intéressante dans un certain espace ou intérieur. Les gens accordent une attention de plus en plus grande aux plantes, ce qui en fait un véritable sujet de conversation dans le bar.

Au bout d’un an, Thomas et Jane font le point. « Nous sommes très satisfaits d’avoir constitué une clientèle fidèle en si peu de temps. Nous avons reçu beaucoup de soutien pendant le confinement et nous avons essayé de faire face à la situation de manière créative. Le prochain défi sera une boutique de plantes en ligne. Notre ambition est d’étendre ce concept à d’autres villes. Le rêve est permis, pas vrai ? Nous avons commencé par le B de Basiel à Bruges. Qui sait, la prochaine extension portera peut-être la lettre A. Pourquoi pas Amsterdam ? Nous sommes à la recherche d’un beau bâtiment que nous dépouillerons complètement et auquel nous ajouterons notre concept ; la même interprétation dans une culture différente ! Nous sommes toujours à la recherche de nouveaux produits que nous pouvons proposer dans notre boutique. Par exemple, nous pensons à un projet de lancement d’un étudiant qui fabrique des sacs à dos à partir de feuilles de palmier. Un potier local fabrique pour nous des tasses à café en céramique. En attendant, je me suis mise à la pâtisserie. Que pensez-vous de ces cupcakes cactus ou de ces biscuits Basiel végétaliens qui ont la forme de notre mascotte ?

Texte et photographie : Ingrid Allaerts

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *