Un Jurassic Park de plantes carnivores !

Jurassic Park, cela vous dit encore quelque chose ? Cette série à succès dans laquelle d’affreux dinosaures jouent le rôle principal ? Aujourd’hui, le moment est venu de créer votre propre Jurassic Park de plantes carnivores !

Dans la superproduction de Steven Spielberg, de 1993, plusieurs visiteurs du parc d’attractions sont les victimes de la gourmandise des monstres les plus sanguinaires qui aient jamais existé sur notre planète

Sans aller aussi loin, vous pouvez, vous aussi, créer votre propre oasis verte pleine de carnivores à la recherche de victimes sans défense. Un truc de ouf pour les jeunes et une astuce géniale pour se débarrasser des moustiques, mouches, guêpes et autres bestioles ennuyeuses ! Sans attrape-mouches et sans missile électrique ! C’est tentant, non ?


1. DIONÉE ATTRAPE-MOUCHE

Cette plante carnivore bien connue de la famille des droséracées a peu de compassion pour les insectes volants. Elle commence par les attirer avec un nectar suave et la couleur rouge sang de l’intérieur de leurs mâchoires. Dès que l’intrus touche les poils (cils rigides) à deux reprises en 20 secondes, le piège se ferme impitoyablement. Le reste, c’est de l’histoire ancienne.

La dionée attrape-mouche ou vénus gobe-mouches digère l’insecte avec un liquide enzymatique à action lente (le processus peut durer jusqu’à dix jours). La plante peut digérer plusieurs insectes avant de mourir. De nouvelles feuilles poussent et la produit parfois des fleurs blanches.

The Venus Flytrap 2

BON À SAVOIR

  • Ne taquinez pas la plante, même avec un morceau de viande. Une fois fermée, la dionée attrape-mouche a besoin de beaucoup d’énergie pour redémarrer. En plus, elle ne se ferme que six fois dans sa vie.
  • Mettez-la au soleil, dans un terreau légèrement humide.
  • Elle n’aime pas l’eau du robinet à moins que celle-ci n’ait été bouillie et refroidie. Elle aime par contre l’eau de pluie et l’eau distillée.
  • Coupez les feuilles brunes.
  • La plante ne donne plus un signe de vie ? Pas de panique, elle n’est pas morte. Elle hiberne !
  • Oubliez les préjugés. La dionée ne mord pas et n’aime pas les doigts !

2. PLANTE TROMPETTE

Une autre tueuse impitoyable ! Dès que l’hôte est attiré par des gouttes de nectar à l’intérieur du calice scintillant, il n’y a plus d’issue possible. Le piège se referme, tandis que les parois de la sarracénie ou plante trompette font glisser la victime irrémédiablement vers le fond du réceptacle. Vous voulez d’autres détails sordides ? Eh bien, sachez que le malheureux insecte finit dans un bain d’acide. Qui a un jour dit que la beauté est trompeuse ?

©maplantemonbonheur.fr

D’autres plantes apparentées tout aussi monstrueuses sont l’hémiamphore (ou Heliamphora, qui veut dire « sans couvercle ») dont les cils pointent vers la fosse meurtrière et la plante cobra (Darlington californica) dont la fleur en forme de lys ressemble à un cobra dressé aux traits tout aussi meurtriers (cils indisciplinés).

CONSEILS D’ENTRETIEN

  • La sarracénie n’a pas seulement faim ; elle a aussi soif. Posez-la sur une soucoupe que vous remplissez quotidiennement d’un filet d’eau.
  • Elle n’aime pas le soleil direct, mais elle aime la lumière.
  • Mettez-les dans un pot avec du terreau spécial pour plantes carnivores.
  • De novembre à mars, la sarracénie hiberne (placez-la à un endroit frais : de 0 à 12 degrés). Passée l’hibernation, déplacez-la (et mettez-la à un endroit où la température excède 12 °C). Elle s’ouvrira de nouveau.

 


3. DROSÉRA

Le droséra (dérivé du grec droseros, qui signifie « couvert de rosée ») est le frère de la sarracénie. Celui qui rend visite à cet assassin périt par strangulation. Le droséra — ou rossoli — a des feuilles collantes qui ont un très grand pouvoir de séduction sur les insectes volants. Une fois que ceux-ci s’y posent, ils restent collés à la « rosée » avant d’être recouverts par les tentacules strangulateurs.

Cette plante réserve donc un triple destin à celui qui ose s’en approcher : elle les empêche de repartir ; elle les étrangle et, comme si ce n’était pas déjà assez, elle les vide de leur suc ! Horrible, non ?

BON À SAVOIR

  • Le droséra n’a aucune compassion pour les insectes. Il est par contre totalement inoffensif pour l’homme.
  • C’est un ogre : il attire même les libellules !
  • Placez-le à l’abri des rayons directs du soleil, mais dans un endroit ensoleillé.
  • Donnez-lui de l’eau distillée ou de l’eau de pluie. Si vous utilisez de l’eau du robinet, vous devez d’abord la faire bouillir, puis la laisser refroidir.
  • Attention : utilisez un sol pauvre et légèrement humide.

 


4. SARRACÉNIE TROPICALE

Si un nom devait être donné à la beauté, « sarracénie » entrerait sûrement en ligne de compte ! Avec son calice majestueux et gracieux, cette plante enchante immédiatement tous ceux et celles qui la croisent sur leur chemin. Étourdi par tant de grâce, le visiteur curieux plonge son nez dans le calice, pénètre jusqu’au plus profond de celui-ci et s’y englue rapidement.

Tandis que la plante tropicale attend déjà sa prochaine victime, le petit curieux souffre d’une mort atroce par noyade.

nepenthe

  • La sarrécie existe en version suspension et en version plante à poser.
  • Pour multiplier les calisses : taillez la plante et mettez-la dans un endroit ensoleillé, mais attention : pas de soleil direct !
  • Elle attire aussi les vers de farine et les sauterelles.
  • Aspergez la motte avec de l’eau de pluie ou de l’eau distillée.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :