Du thé et des fleurs à Forest

The Little Green Shop… C’est ainsi que Sarah et Nicolas ont baptisé le concept store qu’ils ont créé voici deux ans. Ce magasin thématique tout à fait original, installé dans une rue peu commerçante de la commune de Forest, est l’union sacrée de dons multiples : la connaissance et le talent artistiques de Sarah et les doigts verts et l’enthousiasme de Nicolas.

The Little Green Shop est un commerce de détail thématique où vous trouvez non seulement un bel assortiment de fleurs coupées, mais aussi plus d’une centaine de plantes, tandis qu’un coin salon vous invite à déguster différentes variétés de thé. Le week-end, le tandem vert organise des brunchs, une formule gagnante si l’on se base sur les difficultés grandissantes à trouver une table libre, même quand on s’y prend à temps. L’avant du magasin accueille les plantes de Nicolas. Au centre, un coin salon et un coin à manger attendent les convives, puis les invitent à passer à l’arrière du magasin, avec vue sur le jardin, où sont exposées les fleurs coupées.

Advertising
 

« Le concept marche grâce à la diversité », explique Nicolas. « Nous sommes tous les deux des autodidactes. À un certain moment, nous n’étions plus heureux dans notre activité professionnelle. Nous sommes très complémentaires. Sarah a une formation d’histoire de l’art et de journalisme et moi, je travaillais dans le social et je me suis progressivement spécialisé dans les plantes ».

Advertising
 

Docteur Plante
Nicolas a acquis une telle connaissance des plantes que les clients se tournent régulièrement vers lui avec leurs plantes malades pour recevoir des conseils. Il s’est progressivement taillé une réputation de « Docteur Plante ». Quand il vend des plantes, il fournit un maximum d’informations sur les soins à leur apporter de sorte que lorsqu’elles sont à leur nouvelle destination, elles soient le mieux possible. Les intéressés prennent note de ses conseils sur un Post-It afin de pouvoir bien les suivre lorsqu’elles sont de retour à la maison. Parfois, les clients viennent avec une photo de leur plante et parfois Nicolas reprend les plantes malades chez lui et les soigne. Nicolas cultive des plantes dans toutes les pièces de son habitation, y compris dans la salle de bains. On observe un regain d’intérêt pour les plantes d’intérieur, mais les grandes plantes constituent un investissement certain et ont besoin de beaucoup d’attention.

« C’est un peu contradictoire », explique Sarah. « Aujourd’hui, on voit la plante parfois comme un élément de décoration pur et simple et on oublie que derrière chaque plante, il y a un être vivant dont il faut s’occuper. On nous demande souvent des plantes sans entretien. Mais chaque plante a besoin d’entretien ! », complète Sarah. Entre-temps, Sarah et Nicolas possédaient avant même l’ouverture de leur shop une belle collection de plantes dont certaines très anciennes et d’autres plus rares ( piléa, aristoloche,…). Cette collection leur a permis d’être parmi les premiers à commercialiser la piléa peperomioides.

Advertising
 

Potager
L’un des points positifs de leur magasin de Forest est la présence d’un jardin. « J’ai toujours eu un jardin », explique Nicolas « et cet espace nous a surtout attirés par son jardin. J’aime voir grandir les végétaux et j’aime aussi avoir la possibilité de mettre le nez dehors de temps à autre ». Nicolas a aménagé un beau potager, de fleurs et de légumes comme des carottes noires ou des légumes oubliés. Tout dans la nature les inspire. Sarah a même utilisé un jour les fleurs fragiles d’un chou monté en graine pour agrémenter un bouquet de mariée. Les réactions reçues ont été très positives et encourageantes. Quant aux légumes cultivés, ils sont aussi utilisés dans les plats végétariens et 100 % biologiques que Sarah prépare avec beaucoup d’amour pour les convives. Sa cuisine n’est pas classique, mais plutôt créative. Elle se caractérise par la diversité des goûts et des épices. « Nous avons beaucoup d’amis qui voyagent et qui nous ramènent des aromates et des épices du monde entier. », complète Nicolas.

Fleurs
Le concept est gagnant. Chaque week-end, le restaurant affiche complet malgré cela la partie fleuriste reste l’élément majeur de leur concept :  « Au début, les clients étaient surtout intéressés par les brunchs que nous organisons ici. Mais avec le temps, la fleuristerie a pris, elle aussi, un bel essor.

Sarah travaille avec des fleurs naturelles. Lorsqu’elles achètent ses fleurs, elle travaille à l’instinct. « Je suis incapable de faire deux fois le même bouquet. Chaque bouquet est différent. J’aime aussi les fleurs qui ne sont pas parfaites, par exemple les fleurs légèrement courbées. Mes bouquets sont tantôt sauvages, tantôt naturels ; tantôt baroques, tantôt très “Marie-Antoinette”. Nous ne sommes pas animés par l’esprit de lucre, mais bien par la passion. Chez nous, vous ne trouverez jamais d’étalage « commercial d’Halloween », par exemple. Nous aimons la nature, les belles plantes et les belles fleurs, mais Sarah aime aussi la mode et le luxe. Nous aspirons à atteindre des personnes très différentes. La somme de tout ceci, c’est le monde que nous partageons. Le magasin est en évolution constante. Ce que nous faisons, nous le faisons avec amour. Quand une chose ne me plaît pas esthétiquement et ne me correspond pas, je ne la fais pas ».

Films historiques
Sarah a une formation d’histoirienne d’art et une expérience acquise dans le monde de la mode. Ses connaissances, son expérience et son amour pour les belles choses, elle les met en œuvre dans son concept store. Sa connaissance de l’histoire de l’art est une plus-value unique pour son travail. « L’automne dernier, j’ai collaboré au tournage d’un film historique — Happy Prince — by Rupert Everett, inspiré d’une œuvre d’Oscar Wilde. Le film se déroule à la fin du XIXe siècle. Ma formation en histoire de l’art et l’étude des us et coutumes de l’époque que j’ai réalisée m’ont permis de me charger des décors floraux en veillant à ce que tout concorde. J’ai travaillé avec des fleurs de du style de l’époque dans des vases d’époque. Contribuer avec cette équipe prestigieuse a été pour moi une expérience fantastique ».

 

Toutes les pièces du puzzle s’assemblent. Dans « The Little Green Shop », Sarah peut unir ses talents à ceux de Nicolas et continuer à développer son côté artistique. En 2010, elle a suivi un cours de « Wedding Management ». Elle s’occupe volontiers de tout, mais surtout des décors. Nicolas doit de temps à autre la ramener à la réalité, mais il le fait sous le couvert de l’amour.

Pour tester les 65 variétés de thé proposées, je vais devoir revenir. Entre-temps, Travis et Gaby, les deux chiens du tandem, garderont bien au chaud ma place sur les coussins dans le salon. Quand j’ai vu ces deux museaux humides, j’ai directement craqué. « Ce sont nos mascottes. Ils ont ici une vie de prince », sourit Nicolas.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *