Suis-je obligé de dédommager un client mécontent ?

Cela vous est peut-être déjà arrivé : un client revient avec un bouquet ou une plante qu’il a achetés chez vous. Il n’est pas content de la qualité ou de la fraîcheur et exige le remboursement. La loi vous oblige-t-elle à répondre à cette demande ? Fleur Magazine a examiné cette question pour vous.

Une chose est sûre : il n’y a pas de réponse du type « tout ou rien ». Une distinction doit en outre être faite entre les produits à durée de conservation limitée (tels que les fleurs et certaines plantes) et les produits durables (plantes, arbustes et arbres persistants).

 

  1. LES SIX PREMIERS MOIS SUIVANT L’ACHAT

« Selon la loi (ndlr : acte transposant la directive européenne, laquelle s’applique à l’échelle de l’Union), le client dispose, en principe, d’une garantie de deux ans sur tous les biens de consommation », explique Mien Gillis, représentant l’UNIZO, le plus grand syndicat des indépendants de Bruxelles et de Flandre. « La loi accorde au consommateur le bénéfice du doute de sorte qu’au cours des six premiers mois suivant l’achat, il peut “suspecter” que le défaut existait déjà au moment de l’achat. Une exception est

 

Fleur Magazine_cahier d' inspiration pour fleuristes_edition 1 2018... L'ACCÈS À LA TOTALITÉ DE L'ARTICLE EST PROTÉGÉ. Pour lire la suite:
 J'ai un abonnement à Fleur Magazine et un compte à mon actif.Identfiez-vous
• Je suis abonné à Fleur Magazine, mais je n'ai pas de compte sur le site.Créer un compte
• J'ai un abonnement et je n'arrive pas à me connecter. Aidez-moi
Je m'abonne et reçois accès au site

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *