Oogenlust fête ses 35 ans – Marcel Van Dijk révèle ses ambitions d’avenir !

Il fait chaud, très chaud, lorsque nous arrivons au domaine Oogenlust à Eersel, près de la frontière belge, mais à l’intérieur de l’impressionnant bâtiment, la température est délicieusement fraîche et idéale pour les nombreuses fleurs qui paradent à cet endroit.

Marcel et Moniek Van Dijk avaient une vingtaine d’années lorsqu’ils ont ouvert leur premier magasin de fleurs au cœur de Veldhoven, face à l’église. Aujourd’hui, 35 ans plus tard, ils sont à la tête d’un concept global proposant des fleurs, des articles de décoration pour événements, des accessoires, des ouvrages d’art, des livres, de la nature et surtout et avant tout : de la passion ! « Acheter des fleurs doit être une fête », estime Marcel. Lorsque le jardin de sculptures et l’installation horeca seront prêts, une visite chez Oogenlust pourra être planifiée en tant qu’excursion d’un jour à part entière. Le domaine donne en effet sur un domaine naturel où vous pouvez faire de belles promenades.

Advertising
 

Lisez le reportage complet dans l‘édition de septembre!

Mais quel est donc le secret de la réussite de Moniek et Marcel ? « La passion et la beauté », explique Marcel. « Chacun des collaborateurs présents ici travaille avec passion à sa partie de l’ensemble. Les charpentiers, les personnes qui peignent les différentes bases décoratives, les fleuristes… Ils aiment tous ce qu’ils font et cela se remarque aux résultats finaux. Cela est vrai également pour les produits que nous sélectionnons : vous ne retrouverez jamais dans notre magasin un produit que nous ne trouvons pas beau. Vous pouvez interpréter cela au sens strict : je peux m’intéresser à différents produits sans pour autant les trouver beaux. Mais si je ne les trouve pas beaux, ils n’auront jamais leur place dans le magasin ».

En ce qui concerne leur projet de carrière au sens strict, Marcel reste vague : « en réalité, je regarde rarement derrière moi ; je préfère me tourner vers l’avant. Et pourtant en 35 ans de métier, j’ai pu en faire de belles choses ! Les grandes réalisations s’apprécient à chaque fois différemment. Il peut s’agir d’un projet très ambitieux dont vous tirez beaucoup de satisfaction. Mais il peut aussi s’agir, par exemple, de compositions florales pour un enterrement. Ces compositions exigent énormément de planification et de concentration et dans ce cas, l’appréciation se fait essentiellement sur le plan émotionnel ».

Advertising
 

« Si je regarde derrière moi, le sentiment qui m’envahit est une certaine fierté. Nous avons toujours voulu faire notre maximum pour approcher la perfection et c’est ce qui explique que nous avons développé une collaboration souple avec tous les maillons de la chaîne créative et l’avons concentrée en une seule entreprise. Nous voulons encore nous investir à fond pendant cinq ans. Ensuite, nous remettrons progressivement le flambeau à notre fils. Il pourra à son tour continuer pendant 35 ans. Nous sommes à présent à la moitié de la cinquantaine et nous aimerions encore profiter un peu de la vie, sans être exploités par elle (rires) ! ».

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.