Michael Schyns: “J’achète ce que j’aime, c’est plus facile à vendre…”

En poussant la porte de Green Art Floral en face de la Clinique Reine Astrid à Malmedy s’ouvre à vous un espace baigné de clarté et de luminosité – comme le laissent présager les nombreuses vitrines donnant sur l’extérieur – aéré et léger, seulement garni de fleurs et de plantes.

Quoi de plus logique pour un fleuriste, me direz-vous… Telle est pourtant précisément la spécificité du fleuriste Michael Schyns: uniquement des fleurs et des plantes, pas de bougies, lampes, peluches ou autres articles de décoration. Tout simplement, parce qu’il veut vendre ce qu’il aime. Et ce qu’il aime vraiment, c’est la fleuristerie au sens propre…

Advertising
 

Aujourd’hui âgé de 43 ans, Michael Schyns a découvert le monde de la fleuristerie dans des conditions quelque peu particulières à l’âge de 15 ans. “Enfant, je n’étais pas vraiment passionné par l’école. A 15 ans, maman décide de m’envoyer travailler comme apprenti chez une amie fleuriste qui me transmet le goût du métier et éveille en moi la passion pour les fleurs. 5 ans plus tard, mon devoir civil m’appelle et je pars pour le service militaire…”

“De retour de l’armée en 1993, je cherche du travail et saisis la chance d’entrer au Lys Royal, une maison très réputée du centre de Liège où Paul et Pascale Buntinx m’accueillent au sein de leur équipe. J’y apprends la rigueur, la rapidité, la qualité, l’achat des fleurs, l’écoute du client et peux mettre à profit ma créativité. C’est là que j’ai véritablement été formé. 20 années riches d’expériences, de confiance, de volonté, de soif d’apprendre et de progresser ainsi que de nombreuses heures de travail m’ont permis d’acquérir un solide bagage en fleuristerie, sans compter les différentes prestations en Belgique comme en France lors de journées consacrées à l’art floral.

Advertising
 

Le 1er octobre 2012, je concrétise un vieux désir et deviens mon propre patron en reprenant avec mon épouse, un commerce bien connu du paysage malmédien dans le monde de la fleuristerie. Notre famille connaît la région et l’opportunité d’y travailler me séduit fortement.”

Adieu articles de déco

Advertising
 

“Directement actifs dans cette surface de 135 m², nous avons progressivement supprimé les articles de déco pour consacrer intégralement l’espace aux fleurs et plantes car je ne voulais pas vendre ce qui ne relève pas de la fleuristerie pure.”

“Nous avons conservé le nom Green Art Floral, mais avons relooké et rafraîchi le logo et retravaillé l’identité graphique. Aujourd’hui, l’activité principale reste évidemment le magasin, avec tout ce qui est lié à la profession de fleuriste: mariages, fêtes, enterrements, etc. Green Art Floral, c’est aussi des abonnements pour des restaurants et autres établissements horeca de la région de même que pour quelques entreprises et bureaux où les plantes nécessitent un entretien régulier.

Tous les troisièmes jeudis du mois, j’organise également un atelier d’art floral qui affiche chaque fois complet (max. 10 personnes) sur des thèmes différents suivant la saison ou l’arrivage. Après avoir travaillé 20 ans au sein d’une équipe, il était important pour moi de travailler seul. Mon épouse Donatienne, qui exerce la profession d’affréteuse maritime, m’aide toutefois lors des ‘coups de feu’ et grosses fêtes. Elle gère alors les emballages, le volet administratif et l’accueil de la clientèle.

Le logiciel Flowerline de Vertico facilite fortement toutes les tâches de ‘caisse’ et de facturation.

Surtout des montages

“Pour les achats, pas vraiment de stratégie définie. Je procède par coups de cœur, j’achète chez mes grossistes tout ce qui est beau (rires)! Pour les fleurs (rien que du naturel), je me fournis exclusivement chez Agora. J’achète ce que j’aime, c’est plus facile à vendre! Je privilégie la fraicheur des fleurs et veille à un ‘arrivage’ journalier ce qui me dispense d’une chambre froide.”

Green Art Floral vend principalement des montages. “Je n’ai pas d’explication à ce phénomène. Aucun bouquet n’est préparé à l’avance, ils sont composés ‘minute’. La clientèle est diversifiée et je lui propose une offre variée pour tous les goûts et pour toutes les bourses. Vous trouverez en effet à l’étalage et dans le magasin des produits allant de quelques euros à ce que les gens ont envie de dépenser.”

Pas de publicité

La concurrence étant bien présente avec pas moins de cinq fleuristes sur Malmedy, Michael se démarque principalement en mettant à profit tout ce qu’il a appris au Lys Royal.

“Pas de publicité dans les journaux locaux ni sur internet. Je privilégie l’idée du sponsoring de certains évènements tant sportifs que culturels ou encore caritatifs. Cela permet de faire connaître le magasin et la qualité de mon travail dans différents milieux. Facebook comme réseau social et le bouche à oreille s’occupent de notre renommée.”

De par sa situation en face de la clinique reine Astrid, le magasin offre un accès aisé à la clientèle et des places de parking en suffisance.

“Il est juste de la bonne taille, de telle sorte que je n’ai pas le besoin ni l’envie d’engager du personnel. Cela fait peut-être un peu ‘ermite’, mais c’est ainsi que j’aime travailler…”, conclut Michael Schyns.

L’occupation première de Michaël est donc de faire tourner, évoluer son magasin et de surprendre par son imagination et la qualité de ses créations.

 

Green Art Floral, Malmedy

Texte: Jacques Legros

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *