Les fleurs comme fil conducteur

Elke Verhaeghe, à Gand, est plus florissante que jamais! Elle a su profiter du confinement pour développer les racines de sa jeune entreprise «Elke maakt fleurig»L’aventure qui a débuté sur un coin de la table de la cuisine sest développée pour s’étendre aujourd’hui à la quasi-totalité de la maison, sous lœil approbateur de son mari. 

«Qu’est-ce qui vous a poussée à venir chez moi?», me demande-t-elle curieuse«Je nai pas de magasin et je ne suis active dans le secteur que depuis peu»explique-t-elle presquen sexcusant. Son compte Instagram et son site web trahissent le fait que nous avons affaire à une créative aux mille possibilitésLa créativité et loptimisme sont, en cette période sombre, plus que jamais les bienvenus, pas vrai? 

Comment avez-vous commencé? 

«Il y a quatre ans, jai souffert dépuisement professionnel. À lépoque, j’étais coordinatrice de marketing dans une entreprise gantoise. Avant cela, jai occupé divers postes dans le secteur du marketing et de la communicationMais en réalité, depuis longtemps déjà, j’avais l’impression que cela ne me correspondait pas vraiment. Ce que j’appréciais surtout, c’était la partie créative du métier. Je suis restée bien trop longtemps dans ces entreprises, sans m’épanouir, parce que javais étudié la communication» 

Quest-ce qui vous a donné l’envie de mettre le pied à l’étrier? 

«Dans la dernière entreprise où jai travaillé, la pression du travail était énorme, mais il n’y avait pas que celaLatmosphère y était aussi pesante et j’avais vraiment l’impression de n’être pas moi-même. Je suis restée bien trop longtemps sans réagir, puis je suis tombée malade. Deux mois avant notre mariage, j’ai craqué. Au début, j’étais comme tétanisée. Je ne pouvais plus rien faire. Je voulais m’occuper personnellement de la décoration florale pour notre mariage. Cela mdemandé énormément d’efforts, mais je suis quand même parvenue à rassembler mes dernières forces et j’y suis arrivée. Cest à ce moment-là que j’ai eu le déclic». 

«Un an plus tard, jai recommencé à dessiner. Enfant, je dessinais beaucoup. Souvent des fleurs. Le dessin m’apaise. Jai découvert la joie de peindre à laquarelle et je me suis inscrite à un cours. Le dessin ma aidée dans mon chemin vers la guérison et jai continué à le faire. Au fur et à mesure que je me rétablissais, je me suis tournée vers les fleurs. J’ai commencé par suivre des cours dart floral en ligne, puis je me suis inscrite à l’école de floriculture Into the wild dElke Vanderper, à Gand».  

Un bouquet pour Noël

Pourquoi une formation florale? 

«Il y a deux ans, je me suis inscrite à une formation de deux mois. Jaime beaucoup le style dElke Vanderper. À lépoque, je ne savais pas du tout où cette formation allait me conduireJe savais seulement que je voulais faire quelque chose avec des aquarelles et des fleurs. Elke mamenée à franchir la ligne et ma donné plus de confiance en moi. Je lui en suis très reconnaissante. Fin2019, jai fait le grand saut». 

Bouquet de mariée

Alors que pour beaucoup c’est une année de crise, 2020 a été pour vous une année de succèsComment évoluez-vous? 

«Tout va bien. La demande en bouquets à base de fleurs fraîches est en hausse depuis le confinement. Je fais des bouquets chaque mois que je vends dans la région de Merelbeke, où jhabite, et d’Alost, doù je viens. À Alost, je travaille avec un point de collecteGriet Van Dorpe possède une boutique de confection sur mesure et réalise, entre autres, des robes de mariée. Le lien avec ses tenues nuptiales et mes fleurs est chouette. De plus, je savais quà Alost, personne ne travaillait comme moi. Cette année, je veux renforcer ma visibilité ici à Merelbeke. Comme je nai pas de magasin, une enseigne métallique rétro portant mon logo et un joli lettrage va être apposée sur la façade». 

Bouquet d’été

Vous savez comment mettre des mots sur les chosesVos compétences en communication sont un atout certain, pas vrai? 

«Cest probablement lune de mes forces. Javais lhabitude de le faire pour dautres entreprises et maintenant je le fais pour la mienne. Comme je nai pas de magasin, je travaille à la demande. Le travail de groupe, ce nest pas mon truc, mais il fait partie du travail. Jessaie, dans la mesure du possible, dacheter les fleurs sur le marché local, en Belgique et aux Pays-Bas. En été, je travaille avec des fleurs que j’achète auprès de Fleur Couleur, à Landegem, et chez le grossiste De Rijcke, à Wetteren. J’imagine quelque chose de nouveau chaque mois et je brode toute une histoire autour de cette idéeCela vient bien entendu de mon passé dans le marketing. Le mois prochain, comme la neige m’a inspirée, je vais faire un bouquet de neige. Je vais communiquer sur cette idée en ligne et je vais vous donner un petit aperçu de ce que vous pouvez attendre. Le bouquet de neige se déclinera dans les tons blush & creamc’est-à-dire des tons doux, majoritairement blancs. Cest ce que jaime faireCest ma façon de travailler. Jessaie ainsi de me distinguer en créant quelque chose dunique à chaque fois». 

Collection d’été

Les histoires et les thèmes, c’est ce qui plaît à la clientèle, non? 

Jai une imagination débordante. Quand je travaillais dans le marketing, cétait mon point fort. Avec chaque produit que je propose, je pense à quelque chose de plus. Je pense, par exemple, au bon vase pour un bouquet de fleurs séchées en me basant sur une photo de lintérieur du client. J’adore travailler en partant du choix du vase jusqu’aux fleurs à y mettre. Le caractère personnel et le travail sur mesure, c’est quelque chose qui me séduit vraiment».  

Elke crée aussi bien des arrangements floraux sur mesure que des concepts originaux, ainsi qu’une cartothèque avec des impressions personnalisées. 

«Le concept sur Instagram, unique en son genre, est très populaireLes réactions sont très positives. Tous les trois mois, je fais une offre unique de pièces uniques. Pour la première édition du concept, jai collaboré avec Kiki Keramiek, une collègue artiste qui crée ses propres céramiques. Elle a créé pour moi des vases assortis à mon style et mes couleurs. Lévénement est annoncé préalablement en mentionnant la date et lheure de la vente. Saviez-vous que certaines personnes règlent leur réveil afin de ne pas manquer la vente? Tous les trois mois, je réinterptère le concept, ce qui aboutit à une nouvelle collaboration. Pour la prochaine édition, je vais collaborer avec The Collect Club. Ils parcourent les brocantes à la recherche de vases rares ». 

Collection d’hiver – Vases Kiki Keramiek

Elke constaté qu’il faut s’attendre à un véritable babyboom. Ses cartes de naissance personnalisées connaissant un succès croissant. 

« Pour moi, dessiner est un véritable plaisir. Je trouve cela relaxant et quand je dessine, je n’ai vraiment pas l’impression de travailler. Mes dessins sont toujours liés aux fleurs: un zèbre avec une guirlande de fleurs autour de la tête, un champ de fleurs, une carte botanique avec des végétaux, etc. Outre les cartes, je réalise aussi des peintures sur mesure, notamment pour les chambres denfants. Les fleurs sont le fil conducteur de toutes mes créationsJe nourris toujours l’idée d’organiser des ateliers. Il y a beaucoup d’enseignants dans ma famille. Cela me sera utile lorsque je commencerai à donner des ateliers », conclut Elke. 


Nom: Elke Verhaeghe 

Âge: 31ans 

Hobbies: Dessin 

Inspiration: Jardins anglais 

Fleur préférée: Renoncule 

« Cest une fleur fragile et polyvalente, aux couleurs magnifiques et distinctives. La renoncule est facile à sécher en bouquet. Cette fleur se rapproche le plus de ma personnalité ». 

>> www.elkemaaktfleurig.wordpress.com 


Texte : Ingrid Allaerts 

Photos : Elke Verhaeghe 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :