L’avenir du magasin de fleurs : avec ou sans articles de décoration [SONDAGE]

En dehors des fleurs et des plantes, vendez-vous aussi des articles de décoration ou d’aménagement d’intérieur ? Ou bien êtes-vous plutôt partisan de la politique : « chacun son métier et les vaches seront bien gardées » ? Afin d’engager la discussion, nous avons cherché un exemple extrême de commerce de fleurs qui s’est transformé en temple de la décoration avec un modeste coin fleurs, signé Frederiek Van Pamel.

Advertising
 

DONNEZ VOTRE AVIS !

Advertising
 

Faites-nous connaître votre avis à notre sondage.

[polldaddy poll=9946886]

Advertising
 

 


Frederiek Van Pamel & Katie Grymonprez
Gérants de Frederiek Van Pamel (magasins à Bruges et à Gand)

 

 

« Nous espérons de tout coeur qu’il reste un avenir pour les fleuristes qui ne vendent que des fleurs, mais personnellement, nous sommes convaincus de la valeur ajoutée des articles de décoration et d’aménagement intérieur et nous poussons les choses relativement loin. Nous donnons

des conseils d’aménagement de l’intérieur. Nous vendons des bijoux, des bougies odorantes, des coussins, des plaids, des sièges, etc. Nous proposons également nos propres modèles et collections et nous avons même notre propre production. Toutes ces choses contribuent à la beauté de votre magasin. Elles donnent du caractère à vos locaux et créent une ambiance bien distincte».

« Sur notre nouveau site, à Bruges, nous permettons aux clients de vivre une expérience totale. Nous avons un jardin d’exposition où nous donnons des idées d’aménagement de jardin. L’orangerie permet aux clients de s’asseoir parmi les plantes pour déguster un café. Nous avons également de luxueuses suites B&B où vous pouvez passer la nuit. Nous participons en outre activement au marché de l’événementiel. Récemment, nous avons organisé une soirée cuisine avec Sergio Herman. Nous participons également à l’organisation de mariages où nous fournissons non seulement les fleurs, mais assurons aussi d’autres prestations telles que chef de cuisine, DJ et madame pipi, etc ».

« Nous sommes donc bien plus que des fleuristes. Ce choix, nous ne l’avons jamais regretté. Pas une seconde ! Ce segment offre plus d’avenir. Un avenir différent, en fait. Mais ce n’est pas venu du jour au lendemain. Nous nous sommes développés au fil des années. Cela ne veut pas dire que chaque fleuriste devrait le faire. Il faut tout d’abord que vous aimiez la décoration. Si ce n’est pas le cas, vous pouvez travailler avec des objets plus petits, par exemple des pots ou des bougies pour autant que vous vous spécialisiez et que vous offriez des choses que l’on ne trouve nulle part ailleurs. Des vases scintillants, de somptueux pots, etc. Autrefois, je crains que l’avenir devienne difficile ».

« Financièrement, c’est une tout autre dimension aussi. Les coûts que doit supporter un fleuriste sont énormes, sans compter les nombreuses heures de travail passées pour réaliser un beau bouquet. Si vous y ajoutez les frais fixes, ce n’est pas possible. Personnellement, nous continuons à vendre des fleurs à couper et des bouquets, mais ceux-ci ne constituent plus l’essentiel de notre chiffre d’affaires »!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *