La fleur de Lune, une plante épuratrice

En juin, c’est le Spathiphyllum, également connu sous le nom de Fleur de Lune, qui est mis en avant dans le cadre du programme ‘A Chaque Mois Sa Plante’.

Le nom Spathiphyllum, est dérivé des mots grecs pour spathe et feuille. Cette plante fait davantage parler d’elle depuis quelques années, grâce à la NASA Clean Air Study. Celle-ci avait pour but d’étudier la qualité de l’air dans les stations spatiales et le Spathiphyllum s’est avéré particulièrement dépolluant. Toutes les plantes absorbent le dioxyde de carbone et dégagent de l’oxygène; la NASA conseille par conséquent de placer 15 à 18 grandes plantes dans un espace de 160 mètres carrés. La quantité de terreau est également importante, puisque les micro-organismes qui s’y trouvent absorbent également de petites quantités de polluants de l’air.

Advertising
 

Le Spathiphyllum est originaire des forêts tropicales de la Colombie et du Venezuela, une véritable plante de l’ombre qui aime un environnement chaud et humide. Cette plante fut introduite en Europe en 1870, et a vécu une évolution tumultueuse depuis. Il n’en existait que quelques sortes dans les années ’80, de la variété walisii, tandis qu’un grand nombre de cultivars sont disponibles de nos jours.

Le Spathiphyllum est un produit facile d’entretien et donc une plante pour tout le monde!

Advertising
 

 

Advertising
 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *