Fleurs séchées plus populaires que jamais | TÉMOIGNAGE

Dans les années 1970 et 1980, elles étaient exposées dans de nombreux salons, mais par la suite, elles ont progressivement disparu. Aujourd’hui, les fleurs séchées font leur soudaine réapparition et connaissent un succès spectaculaire. Lamboo, le plus grand producteur néerlandais de fleurs séchées, a tellement de demandes qu’il ne peut même plus suivre.

Disposées dans un joli vase ou reliées en bouquet intemporel, les fleurs séchées sont omniprésentes sur Instagram, Pinterest et dans la vie réelle. Les blogueurs, les fleuristes et les décorateurs d’intérieur semblent avoir ouvert un nouveau segment de marché.

Loes van Look | Wildflowers and Wodka

« La demande est telle que je n’arrive pas à la suivre ! »

Loes Van Look est une styliste florale de la « nouvelle » génération. En tant qu’ancienne directrice de marketing et journaliste de mode, elle a appris les ficelles du métier sur YouTube. Avec l’aide d’Instagram, son hobby est devenu, pour ainsi dire, hors de contrôle. Elle a créé son label — Wildflowers and Wodka — en s’inspirant de la vie dans de grandes villes telles qu’Anvers, Amsterdam et Paris qui ont un style floral plus cool et moins formel.

©Wildflowers & Wodka

« L’étincelle est venue des nombreuses commandes que j’ai reçues pour des mariages et où j’ai souvent navigué dans la sphère du bohème. Les fleurs séchées sont essentielles dans ce style. Leur aspect me plaît vraiment et elles sont tellement plus faciles à travailler ! Si vous voulez que les compositions florales restent belles pendant longtemps, il suffit de prendre des fleurs séchées. En plus, vous pouvez vous mettre au travail des semaines à l’avance. Dans mes bouquets de mariée, je continue à mélanger les fleurs fraîches et les fleurs séchées. »

Loes croule sous les commandes. « Je n’arrive pas à suivre la demande. En décembre, j’ai ouvert un magasin éphémère où j’ai présenté des bouquets de fleurs séchées. Je m’étais dit que je pouvais assumer, mais j’ai beaucoup sous-estimé. La demande est énorme. Mes bouquets de fleurs séchées partent à la vitesse VV’ ! De plus en plus de clients demandent spécifiquement ce genre de bouquets. Surtout les jeunes ! Pour les personnes âgées, c’est même un retour aux sources : “Les fleurs séchées, ça date des années 1980, non ? Elles sont de retour ?” »

©Wildflowers & Wodka

Pour Wildflowers and Wodka, Loes suit de très près ce qui se passe sur le marché à tout moment. « Je donne encore deux ans à cette mode. La passion s’estompe un peu chez ceux qui y ont cédé précocement, mais le client commun découvre encore les fleurs séchées ».

L’herbe de la pampa est le numéro un, « mais je travaille aussi beaucoup avec des queues de lièvre, des herbes aux écouvillons fluffy reed, naturelles ou colorées, des nigelles et du ruscus blancs blanchi. Je n’aime pas tellement le genêt à balais, mais il est très utile pour compléter un bouquet ».

> Suivez Loes sur Instagram

> Visitez son site Web 


Lisez d’autres témoignages sur les fleurs séchées dans Fleur Magazine janvier-février 2020

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :