Eglantine vous guide dans son tout nouveau magasin de fleurs

La gestion d’un magasin de fleurs implique beaucoup de choses. Plus encore quand ce magasin vient d’ouvrir ses portes ! En dehors de l’aménagement de l’intérieur, Églantine Blanckaert, comme tout autre fleuriste, a dû réfléchir à l’assortiment de fleurs, de plantes et de décorations.

Le 1er avril 2022, Églantine Blanckaert a ouvert son premier magasin de fleurs qu’elle a baptisé Xanadu Flowers. Dès que vous poussez la porte, vous entrez dans son univers coloré.

Advertising
 

Quand vous voyez la boutique, vous voyez Églantine. Les tons doux, mais vibrants, tout de rose et de violet composés, le logo en néon et les fleurs, plantes et objets d’art soigneusement sélectionnés créent un mélange très personnel. Comme il est difficile de partir d’ici les mains vides !

LES DÉBUTS

Visiter un nouveau magasin de fleurs, c’est toujours un peu un voyage. À cinq kilomètres de Namur, dans un coude de la Sambre, un charmant village arrosé par un ruisseau clapotant gaiement au pied de collines vallonnées où les fleurs sur les arbres sont du plus bel effet, n’attend que les visiteurs : Floreffe. Nous comprenons immédiatement pourquoi Églantine a posé ses valises ici. Ses grands-parents vivent dans le village et lorsqu’elle était enfant, elle leur rendait souvent visite. Ses parents vivent dans le village voisin de Bois-de-Villers, qui abrite également la boutique de fleurs d’Arnauld Delheille, où Églantine a fait son premier apprentissage. 

Églantine avait toujours affirmé qu’elle ne voulait pas avoir son propre magasin. Elle se destinait plutôt au travail artistique et créatif, à la décoration lors d’événements et à la réalisation de grands projets. Elle disait qu’elle ne pourrait jamais combiner cela avec un magasin à elle. C’est ce qu’elle pensait à l’époque, mais la vie est imprévisible et les idées peuvent changer. Son compagnon Manu a été l’un des facteurs à faire bouger les choses. 

Advertising
 

«  Mon compagnon ne vient pas du secteur des fleurs, mais il les aime tout autant que moi. Il cherchait un nouveau défi et pourquoi pas une nouvelle profession ? Lorsque nous avons trouvé cette maison avec son beau jardin fleuri et une dépendance intéressante, nous avons tout de suite été séduits. C’était un projet dans ma tête et soudainement toutes les pièces du puzzle se sont assemblées. Lorsque nous leur avons fait part de nos projets, les vendeurs ont tout de suite été enthousiasmés et ils ont privilégié notre offre d’achat. Si nous voulons ouvrir un magasin de fleurs, nous le ferons ensemble. Manu apprend vite. Avec lui, il sera tout à fait possible de combiner des événements et la boutique », déclare Églantine. 

La maison avec jardin et dépendance (il s’agissait naguère d’un garage, puis d’un bureau) était, à première vue, tout ce dont ils avaient besoin, mais ce n’est que lorsque le bâtiment fut complètement vidé qu’ils en ont constatèrent le piteux état. « Les murs étaient très humides, et derrière le faux plafond, nous pouvions entendre des souris bourdonner. Nous avons mis le bâtiment à nu jusqu’au béton. Ensuite, nous l’avons fait replafonner et nous avons fait poser un parquet en bois. Auparavant, il y avait des carreaux blancs qui ont été remplacés par du bois afin de créer plus de chaleur et d’atmosphère. Heureusement, les grandes fenêtres étaient déjà là et nous avons pu y faire notre vitrine. La rénovation fut assez difficile, surtout en deux mois de temps à peine ».

📽 Regardez les vidéos des débuts


« Nous achetons nos fleurs chez Agora et chez un cultivateur écolo ». — Eglantine Blanckaert


CONCEPT ÉCOLOGIQUE

Comme tous les fleuristes, Églantine a cherché pendant un certain temps à trouver sa voie dans l’énorme offre de fournisseurs. 

« Pour l’instant, nous achetons toujours nos fleurs chez Agora à Kontich. Nous venons juste de commencer et je sais que là-bas, je peux trouver tout ce dont j’ai besoin. Quoi qu’il en soit, nous voulons nous concentrer sur un concept plus écologique. Nous voulons essayer d’éviter autant que possible l’utilisation du plastique. Nous utilisons du papier coloré par des encres à base d’eau. Nous avons trouvé quelqu’un à proximité qui cultive des fleurs bio, sans utilisation de pesticides ».

Églantine fait des choix très conscients.

« Nous savons que notre profession a sa part de responsabilité dans la pollution. Il suffit de penser aux fleurs qui sont acheminées jusqu’ici en avion, aux plastiques, aux pesticides ou aux serres chauffées. Nous essayons de sensibiliser les gens au choix d’un concept durable. Nous devons penser à notre planète. Pour moi, travailler avec des fleurs signifie aimer la nature. Nous préférons les fleurs de saison, de préférence locales ou cultivées à proximité. À l’avenir, nous voulons aussi cultiver nous-mêmes des fleurs dans notre jardin. Nous disposons d’un jardin assez grand dans lequel nous pouvons créer un petit champ de fleurs pour faire pousser certaines de nos propres fleurs. De cette façon, nous pouvons également proposer des variétés spéciales. Comme vous pouvez le voir, nous n’avons ni roses ni gerberas pour le moment ; nous n’avons que des fleurs de printemps comme les tulipes et les anémones ». 

Cela ne s’arrête pas là. « Nous essayons également d’éviter le gaspillage. Nous déshydratons les fleurs qui ne sont pas vendues. Nous choisissons également d’autres plantes que l’on ne voit pas autant ailleurs. Bien sûr, nous ne pouvons pas pratiquer les mêmes prix que dans les grandes surfaces ».

Pour l’instant, Églantine combine toujours son magasin de fleurs avec des événements floraux.

« J’ai beaucoup de mariages reportés sur mon agenda. C’est très bien et il est essentiel pour nous que l’activité reprenne. Notre magasin n’est pas situé le long d’une route principale et il y a peu de passage. Il faut du temps pour que les clients nous trouvent ». 


COULEURS VIVES

La couleur préférée d’Églantine, c’est le lilas. Elle aime utiliser des fleurs bleues et violettes dans ses bouquets. Les murs de sa boutique sont peints en lilas, rose, vert et terre cuite. Les couleurs pourraient tout aussi bien provenir d’un de ses bouquets colorés. 

« Les gens étaient très sceptiques à l’idée que je réunisse toutes ces couleurs. Mais quand ils ont vu le résultat final, ils n’en ont pas cru leurs yeux. Pour moi, des murs blancs sont loin d’être une évidence pour présenter des plantes et des objets. En travaillant avec différentes couleurs, je crée diverses atmosphères dans une même pièce. Ce n’était pas facile, car il y a beaucoup de fenêtres et de piliers dans le chemin. Nous avons optimisé l’espace afin de pouvoir présenter un maximum de choses. Nous avons, par exemple, choisi des armoires et des tables avec des plateaux en verre et des étagères pour renforcer visuellement l’espace. Nous avons transformé la pelouse avant en parking. De toute façon, nous n’aurions jamais prévu l’entrée par le jardin ».


Chez Xanadu Flowers, vous trouverez une gamme de produits différente de celle des magasins de fleurs traditionnels.


DÉCORATIONS PARTICULIÈRES

Le concept fait son chemin. Depuis la pandémie, les gens se tournent de plus en plus vers les petits magasins locaux. Les réactions sont favorables. Chez Xanadu Flowers, vous trouverez un assortiment de produits différent de ce que vous trouvez dans les magasins de fleurs plus traditionnels. Églantine souhaite donner une tribune aux créateurs locaux dans sa boutique. Pour la céramique, elle travaille en collaboration avec Bina Handmade Ceramics. Elle propose aussi des bijoux artisanaux du label Shiness Jewelry et des bijoux fantaisie de la marque Stella Luna. « Ma boutique doit être un magasin où l’on a envie de flâner pendant quelques heures et découvrir de belles choses. Un magasin comme je les aime ! » 

Le style de Xanadu est également différent de celui des magasins de fleurs de son quartier. Son parcours artistique et sa collaboration avec Sören Van Laer y sont certainement pour quelque chose. « Sören m’a toujours inspirée. Il a toujours été mon mentor et j’ai beaucoup appris à ses côtés. À l’avenir, nous continuerons certainement à travailler ensemble pour des événements. Nos styles sont complémentaires et s’accordent bien. Il était très heureux et fier que je fasse le pas pour avoir mon propre magasin ». 

La grand-mère d’Églantine, la peintre Patricia Clarke, est également une grande source d’inspiration pour elle. L’artistique est apparemment inscrit dans les gènes. Si Églantine avait plus d’espace dans sa boutique, elle accrocherait non pas un, mais plusieurs tableaux de sa grand-mère. Celle-ci est originaire d’Angleterre, ce qui explique le lien avec les marques anglaises présentes dans la boutique, comme les vases en verre coloré et les pots aux petits visages rappelant les poupées Matryoshka. 

Les photos de ses créations dans FLEUR CRÉATIF, où elle partage ses plus belles réalisations avec ses lecteurs, ont été prises dans le jardin de sa grand-mère.

Une création d’Eglantine dans FLEUR CRÉATIF

« Le printemps est ma saison préférée. J’ai adoré créer des modèles de printemps pour FLEUR CRÉATIF. Pendant mes années d’études, nous admirions beaucoup le magazine, qui était une référence pour le secteur. Nous pensions que c’était seulement pour les grands fleuristes. J’ai donc été très honorée lorsque la rédactrice en chef An Theunynck m’a invitée à collaborer. Cela m’a donné l’occasion de faire des choses nouvelles et créatives qu’on n’a pas toujours le temps de faire lorsque l’on tient une boutique. Avez-vous remarqué mon penchant pour les fleurs violettes ? »  


Admirez son travail à FLEURAMOUR

Nous avons fait la connaissance d’Églantine l’année dernière à l’occasion de l’ouverture du magasin éphémère de Sören Van Laer à Bruxelles. Églantine et Sören sont des amis. Ils se sont rencontrés lors du festival de fleurs FLEURAMOUR et d’autres événements où ils ont travaillé ensemble. Sören lui a ensuite offert la possibilité de travailler pour lui à Bruxelles.

Leur style et leur façon de travailler s’accordent bien. On se souvient qu’Églantine était surtout intéressée par la partie artistique et créative. 

« En effet, mais les saisons et les fleurs changent et alternent en permanence. Il y a toujours des innovations et de nouvelles variétés à trouver. Les grands événements comme FLEURAMOUR sont également très inspirants pour moi. Cela me donne envie d’appliquer les mêmes techniques, mais à petite échelle. C’est le côté amusant de la profession. Cela reste un métier artistique. Pour moi, il est nécessaire de pouvoir développer davantage ma créativité et aussi de la préserver. Dans ma boutique, je veux présenter d’autres choses ». 

Il y a quelques années, Eglantine Blanckaert a remporté le concours étudiants à FLEURAMOUR avec cette jolie scène avec un mannequin qui tourne.

Cette année, Églantine participera à nouveau à FLEURAMOUR, où d’innombrables créations florales regroupant au total plus de 150 000 fleurs seront présentées. L’événement célébrera cette année son 25e anniversaire du 23 au 26 septembre 2022 dans le parc du château d’Alden Biesen en Belgique. 

__

Suivez Eglantine sur les réseaux sociaux

■ Suivez Xanadu sur Instagram  

■ Suivez Eglantine sur Facebook


Visitez son site web

www.xanaduflowers.be


Texte et photos : Ingrid Allaerts


One thought on “Eglantine vous guide dans son tout nouveau magasin de fleurs

  • Et oui encore une de nos élèves…ils sont nombreux à faire parler d eux…Églantine, Olivier, Olivier, Joëlle, Marc, Noémie, Mélodie….etc….tous sortis de lITH GEMBLOUX !!!

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.