Devenir artisan ne nécessiterait pas de qualification?

Un nouveau loi a semé le trouble parmi les artisans français. C’est que la prochaine loi Sapin 2, pourrait accroître le risque de déstabilisation de la branche fleuristes en supprimant l’exigence de qualification professionnelle des activités de l’artisanat et du commerce de proximité. 

Avec le soutien de la CNAMS et de l’UPA, la Fédération Française des Artisans Fleuristes intervient auprès des pouvoirs publics pour que l’exigence de qualification soit maintenue pour continuer à garantir la sécurité sur le lieu de travail et assurer une offre spécialisée et non standardisée pour la satisfaction du consommateur.

Advertising
 

Avec une campagne l’UPA veut montrer les désavantages de l’article 43 du projet de loi Sapin 2. En plus, veut alerter les Français sur les dangers du projet de loi pour le consommateur et dénoncer le mépris manifesté à l’égard des 400 000 jeunes qui misent actuellement sur l’apprentissage pour apprendre un métier qualifié et s’assurer un avenir. La mobilisation s’appuie sur le slogan: “Avec ‪#‎LoiSapin2‬, imaginez l’artisanat de demain” et sur ce site.

En parallèle, six ministres du gouvernement ont reçu même en cadeau à leur ministère une “Ma Box Loi Sapin 2” pour les préparer à leur future reconversion à un métier de l’artisanat. Il s’agit de Manuel Valls, Ségolène Royal, Najat Vallaud Belkacem, Michel Sapin, Myriam El Khomri et Emmanuel Macron.

Advertising
 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *