Bloemen Karo à Diest: Les bouquets doivent être agréables à regarder

Après avoir déménagé en s’éloignant du centre-ville de Diest, Karo a finalement trouvé son paradis d’Eden. La marque de fabrique de Karo, ce sont les bouquets naturels. Toujours différents. « Les bouquets doivent être agréables à regarder et vous inspirer quelque chose de différent à chaque fois ».

« Appelez-moi Karo, autrement je ne vous écoute pas »! Karolien Melisa, alias Karo, a ouvert son premier magasin de fleurs, il y a douze ans, dans une rue commerçante de Diest où elle louait un bien. Au préalable, elle a travaillé chez un fleuriste de Herent, auprès duquel elle est restée huit ans, puis a accumulé diverses expériences de-ci de-là pendant deux autres années. En février 2012, l’occasion lui a été offerte d’acquérir son propre magasin en périphérie et elle a alors déménagé. Un bon tuyau qu’elle doit à ses fournisseurs! Depuis lors, les affaires sont à la hausse et son magasin prend petit à petit la forme qu’elle voulait lui donner.

Advertising
 

« Cela faisait longtemps que je voulais acheter. Mes fournisseurs m’ont conseillé de sortir du centre, ce qui permettrait aux clients de se parquer plus facilement, d’entrer dans le magasin et d’y faire leurs achats rapidement.
Auparavant, je vendais surtout de petites compositions. Aujourd’hui, je vends avant tout de plus grands montages et des bouquets. Mon chiffre d’affaires est en constante augmentant. Alors qu’avant les visiteurs de ma boutique étaient en grande partie des curieux qui entraient et sortaient sans acheter, mes visiteurs actuels se composent essentiellement de personnes qui sont réellement désireuses d’acheter ».

Une fois par an, Karo se rend au salon Maison & Objet à Paris à la recherche d’idées dans les nouvelles collections de ses fournisseurs. Karo travaille avec des fournisseurs réguliers tels que Sia, D&M Depot, Goodwill pour les articles de Noël, la firme néerlandaise It’s about Romi et, depuis son déménagement, également la firme Des Pots.

Advertising
 

De l’architecture d’intérieur à la fleuristerie
Qu’est-ce qui vous plaît dans la profession de fleuriste? « Ce qui m’attire surtout, c’est le côté créatif. De formation, je suis architecte d’intérieur. Je me suis beaucoup occupée d’intérieur, mais en réalité, ce qui m’aide le plus, c’est ma formation artistique préliminaire. Je n’ai, par exemple, jamais été à l’école d’horticulture ».
Mais alors, pourquoi un magasin de fleurs? « Je ne voulais pas terminer ma vie devant une table à dessin. C’est ma tante qui m’a amenée, par hasard, vers la fleuristerie. Elle donnait des cours à l’école d’horticulture et elle a ouvert une nouvelle section “fleuristerie”. J’ai suivi ses cours pendant une année (un semestre) », dit Karo en riant. « Après cette année-là, j’ai pu me mettre directement à l’ouvrage. Par la suite, Karo a encore suivi diverses autres formations au KVLT, ainsi qu’une formation en cours du soir en tant qu’étalagiste. Deux jours par semaine, voire quatre à cinq jours lors des périodes fastes, Karo est assistée de Joris, un fleuriste indépendant. L’entente est excellente, comme peut en témoigner le chat, confortablement installé dans son panier, qui règne en maître au centre de la table et surveille attentivement tout ce qui se passe dans le magasin.

La nature à l’état pur
Comment décririez-vous votre style? « Le plus naturel possible! Je n’aime pas ce qui est sophistiqué. Nous travaillons, du reste, surtout en fonction des desiderata de nos clients. Je ne vends pas vraiment ce qui est trop expérimental. À Noël, par contre, j’essaie, comme tout le monde, de me démarquer ».
Karo travaille énormément avec les roses, de préférence dans un éventail de couleurs vives. Elle n’aime pas beaucoup les fleurs blanches, car pour elle, le blanc est une couleur monotone. « Un bouquet doit faire entrer la couleur dans la salle de séjour et être le reflet de la personnalité d’une personne », ajoute Karo. « Nous ne vendons pas de bouquet préfabriqué. Par contre, nous avons un très grand assortiment de compositions. Si c’est un bouquet de supermarché que vous recherchez, vous n’avez pas poussé la bonne porte ».

Advertising
 

Le point fort
Le point fort de Bloemen Karo, ce sont les bouquets. Vous n’en trouverez jamais deux pareils, ce qui s’explique par les innombrables combinaisons de variétés florales et de couleurs utilisées. Les fleurs retiennent toute l’attention de Karo parce qu’elle utilise peu de verdure. La beauté naturelle des fleurs se manifeste dans le rôle de premier plan dont celles-ci jouissent chez Bloemen Karo. Les compositions compactes sont très belles. Avec des mains de magicien, Joris assemble des boutons de fleur et des branches et les transforme en bouquets somptueux. « Une composition florale doit attirer le regard. Il faut qu’en la regardant, vous ressentiez quelque chose. Nous alternons les variétés et les matériaux. En outre, nous travaillons en fonction des saisons. Vous ne trouverez pas de tournesol dans notre boutique en hiver ».

Sept œillets, sept roses
La première chose qui vous saute aux yeux lorsque vous entrez dans la boutique de Karo, ce sont les fleurs coupées. Pour Karo, il est en effet très important que l’attention des visiteurs soit directement attirée sur cet assortiment. Vous y voyez de majestueuses roses velours avec leur gros bouton qui se balance sur de longues tiges et dont le parfum sucré de framboise est assez surprenant. Un autre élément frappant est la grande diversité d’œillets qui me rappelle, avec nostalgique, ma tendre enfance. « Jadis, on offrait souvent des œillets. Mais cette fleur a soudainement été considérée comme un mauvais choix et a souffert d’un certain cliché. Entre-temps, l’œillet a reconquis le cœur des amoureux des fleurs et aujourd’hui, il se décline dans de somptueuses nouvelles variétés ». En dehors des œillets mauve foncé avec leur bord blanc dentelé, vous trouvez également un grand nombre de roses à courte tige. Ces fleurs sont souvent intégrées dans des bouquets plus petits.

Banquette
Dans sa boutique, Karo travaille suivant différents thèmes. Elle mélange les collections de ses fournisseurs pour en faire un nouvel ensemble et former, à sa manière, une collection très personnelle. Une armoire murale, dessinée par Karo elle-même, abrite une belle collection de pots. N’oublions pas que Karo est architecte d’intérieur de formation! Une banquette placée devant l’armoire invite les clients à prendre place dans sa « salle d’attente. Tandis qu’elle compose de beaux bouquets, les clients prennent place sur la banquette et « il n’est pas rare que de belles conversations soient amorcées entre les clients. La banquette a une fonction sociale. Selon moi, un téléviseur n’a pas sa place dans un magasin. Il prive le client du contact social », estime Karo.

Chaque semaine, Karo actualise sa page Facebook et y poste des éléments qui attirent le regard sur ce qui pourrait retenir l’attention des visiteurs. Il se produit ainsi une interaction, car le client aspire à voir en vrai, le plus tôt possible, ce qui a piqué sa curiosité dans le monde virtuel, qu’il s’agisse d’un objet ou d’une belle composition florale. Il y a un an, Bloemen Karo a été l’heureuse gagnante de 2 900 roses rouges. Toutes les deux semaines, Bloemen Karo a reçu, pendant un an, 200 roses Porta Nova Red Naomi Supra. Avec ces 200 roses, il y en avait des choses à faire!

Karo a décidé de coupler cette action à sa page Facebook, permettant aux visiteurs de remporter une de ses créations uniques. Elle a également réalisé, pour quelques restaurants sis à proximité de chez elle, des compositions accrocheuses. « Vous pouvez ainsi réaliser des prouesses. Ces roses sont, en effet, magnifiques avec leur gros bouton au bout d’une très longue tige. Nous avons également pu visiter les installations de l’horticulteur, aux Pays-Bas, et nous rendre compte de l’intensité des soins requis par ces rosiers. Il faut s’arrêter ici pour se rendre compte du long chemin que doivent parcourir ces fleurs avant d’être présentées en magasin. Les fleurs ne sont finalement pas si chères que cela. Le magasin existe depuis deux ans maintenant. L’atmosphère chaleureuse que vous y rencontrez aujourd’hui n’existait pas au début. Ce n’est que maintenant que j’ai le sentiment d’avoir enfin la boutique dont je rêvais ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *