De banquier à fleuriste

Comme ses parents et grands-parents, Tom Verhofstadt de Melle a été directeur de banque pendant des années. A 38 ans, il décidait de donner à sa carrière une autre orientation en troquant sa vie de chiffres et tableaux contre une vie parmi les fleurs et les plantes.

Nous avons rencontré Tom dans son magasin de fleurs ‘Bloemen Tom’ à Evergem. Bien que se sentant malade, il a tout de même accepté de me recevoir. En s’excusant abondamment. Tom est bien connu pour son éloquence enthousiaste et son accueil sympathique. Mais aujourd’hui, parler va être un peu plus difficile. Quoique, une fois qu’il commence à aborder sa grande passion, même un solide mal de gorge ne peut l’arrêter.

Advertising
 

“Sans le dire à personne, je suis allé prendre conseil auprès d’un coach mental. Il m’a demandé quel était le fil conducteur de ma vie. Je n’ai pas dû réfléchir bien longtemps pour répondre. Déjà lorsque j’étais enfant, ma vie se résumait aux fleurs, aux plantes et à la décoration. Mais quand on vient d’une famille de banquiers, les attentes sont différentes. Grâce à ce coach, j’ai pris la décision d’aller suivre une formation à l’école d’horticulture de Melle. Je voulais atteindre mon objectif dans les plus brefs délais possibles.”

Daniël Ost

Advertising
 

Ce que Tom est magnifiquement parvenu à faire. En deux ans, il a remporté pas moins de

14 concours ainsi qu’un concours international en Angleterre. Il a travaillé deux ans comme freelance pour Daniël Ost et a pu collaborer à de beaux projets à l’étranger. Il a également tissé des liens d’amitié avec d’autres grands noms dans le monde des fleurs comme Stef Adriaenssen, auprès de qui il suit régulièrement des stages. Tom tente chaque fois de repousser à nouveau ses limites en participant à des concours et en suivant des formations complémentaires.

Advertising
 

“Je ne fais pas cela pour la reconnaissance ou pour gagner des prix. Mes clients trouvent chouette de savoir ce que je fais. Je trouve important de continuer à me former et de repousser mes limites. Je ne veux pas m’encroûter dans certaines habitudes, mais souhaite continuer à évoluer. Je nourris une très grande passion pour les fleurs et la création. C’est un peu comme un grand tonneau qui serait resté fermé très longtemps. Maintenant que le couvercle a été retiré, la créativité continue d’affluer de façon permanente”, ajoute Tom.

 

Gris éléphant

Cela fait maintenant huit ans que Tom a donné une toute autre orientation à sa vie. Une vocation peut-être tardive, mais tout simplement la bonne. Depuis deux ans, Tom possède son propre magasin de fleurs à Evergem. “C’est si important de pouvoir se lever et d’aller se coucher le sourire aux lèvres. Je peux enfin exercer ce métier, et c’est ce que j’aime. Je vis différemment, mais je ne dois également pas sous-estimer ce métier. Les achats aux criées et les préparatifs sont très exigeants.”

Son magasin est totalement axé sur les fleurs et les plantes. L’espace arbore un aspect très naturel, avec un comptoir réalisé avec des planches de bois et des palettes de récupération. Les murs ont été peints en gris éléphant et vert olive. Tom a lui-même mélangé les couleurs. Dans ce décor naturel, les fleurs exposées et les pots signés Domani ressortent à merveille.

Lys du Japon

Le style de Tom est résolument moderne. Il aime travailler avec des matériaux naturels. A partir de bouts d’écorce et de branches, il crée des formes ingénieuses servant de structures pour les plantes et les fleurs. Renforçant ainsi encore la beauté de ces dernières. En fonction de l’humeur du moment, il opte pour des bouquets bigarrés ou plutôt pour des créations ton-sur-ton. A cet effet, il recherche des fleurs esthétiques et originales. Ici priment la qualité et l’originalité. Chaque bouquet ou montage bénéficie d’une touche personnelle. Le lys du Japon est ici omniprésent – tant dans son magasin de fleurs que chez lui. “Le lys du Japon diffuse un parfum frais et poivré. Que je trouve délicieux. Il s’agit d’une grande fleur présentant un bourgeon ouvert. Que l’on peut comparer à un livre ouvert, comme moi-même, en fait”, sourit Tom.

Tom considère la création en soi comme l’élément le plus important. “Je ressens très intensément la splendeur de la nature. A travers mes créations, je peux rendre les clients heureux, tant lors des moments les plus beaux et les plus agréables que lors des moments de deuil et de tristesse. En compagnie du client, je tente toujours de créer des compositions esthétiques et originales. Cela me procure un bon sentiment.”

Feuille verte

“Après le long hiver vient la fraîcheur du printemps. Une belle saison, mais l’été est lui aussi très chouette – avec une forte demande pour des bouquets champêtres. Noël forme une période que j’attends chaque année avec impatience. Il s’agit d’une période courte mais très intense, où il y a énormément de travail. L’automne forme surtout un préambule à l’hiver. Toutes les saisons ont leur caractère, mais je suis tout de même surtout un ‘estival’.

Lors de sa visite, chaque client reçoit une petite feuille verte sur laquelle Tom colle une coccinelle. Un petit porte-bonheur, mais également un outil de marketing. Ce symbole est désormais devenu si reconnaissable que l’on peut voir de loin d’où vient le bouquet ou montage. “Cela porte chance”, conclut Tom. “Dans ma vie, j’ai fait le bon pas au bon moment. Je subis et profite de ce flux positif.”

>> bloementom.be

Texte: Ingrid Allaerts

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *