3 free-lances sur les avantages et les inconvénients

Un groupe croissant de fleuristes ne s’accrochent pas à un magasin propre, mais deviennent free-lances. Qui sont-ils et pourquoi empruntent-ils sciemment une autre voie ?

Sören Van Laer 

Sören a obtenu la deuxième place lors du dernier championnat européen pour jeunes fleuristes. Depuis lors, il est devenu membre de SKILLS Belgium, une association qui promeut l’artisanat. En tant qu’expert, il veut soutenir et motiver les jeunes fleuristes qui souhaitent participer à des concours internationaux. Les ficelles du métier, Sören les a apprises auprès de Geert Pattyn. Il a participé activement à des concours et a ainsi élargi son réseau. « Fleur Talent », mis sur pied par Fleur Créatif, lui a également offert la notoriété.

POURQUOI AVEZ-VOUS OPTÉ POUR LE TRAVAIL EN FREE-LANCE ?

« Quand je travaillais chez Geert Pattyn, j’ai combiné mon activité professionnelle avec une activité d’indépendant complémentaire. La charge de travail est rapidement devenue très lourde et, il y a un an et demi, j’ai décidé de franchir le pas et devenir free-lance à 100 %. Cela me permet de tout planifier et je suis plus libre de mes choix ».

CELA VOUS PLAÎT-IL ?

 

Fleur Magazine_cahier d' inspiration pour fleuristes_edition 1 2018... L'ACCÈS À LA TOTALITÉ DE L'ARTICLE EST PROTÉGÉ
 J'ai un abonnement à Fleur Magazine et un compte à mon actif.Identfiez-vous
• Je suis abonné à Fleur Magazine, mais je n'ai pas de compte sur le site.Créer un compte
• J'ai un abonnement et je n'arrive pas à me connecter. Aidez-moi
Je m'abonne et reçois accès au site

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *